lundi 19 décembre 2011

Le père Noel est une ordure !


Ce soir, un grand coup de blues me renvoie mon passé en pleine figure...En cette fin d'année où la fête est obligatoire, je me rappelle quand j'avais 12 ans...Je me rappelle quand je vivais mon premier Noël sous l'uniforme d'enfant de troupe...



"J'ai hâte à Noël "...Plus d'un demi siècle après mon entrée à l'École Militaire préparatoire Technique du Mans (EMPT), le leitmotiv que je ressasse les trois premiers mois de mon incorporation ressurgit au fond de ma mémoire...Trois mois d'une désespérance qui durera huit ans...Trois mois à rester enfermé dans cette caserne lugubre construite en forme de U funèbre...Trois mois à dormir dans des lits gelés, trois mois à se laver à l'eau glacée...

Trois premiers mois terribles où l'innocence de l'enfance est détruite par une confrérie professionnelle d'adultes pervers...Une secte ? Des adultes qui étaient sans doute "normaux"  au vu des critères de la société bien pensante de l'époque, car ils étaient tous bons maris et bons pères de famille...

"J'ai hâte à Noël "...Je m'en souviens ce soir...Les copains me charrient gentiment, car je sors cette phrase au moins trois ou quatre fois par jour...Pour le gosse que je suis, cette perspective représente l'eldorado par rapport à l'univers glauque qui m'a absorbé. C'est ma bouée, mon passeport pour l'avenir, mon aspiration à retrouver ce que j'étais avant...

Et le jour tant attendu arrive ! Branle-bas de combat à l'EMPT ! Le chantage au départ se met en place...On se met plus bas que terre pour empocher le précieux titre de permission et le bon de transport...Et ils en profitent ces salauds ! On fait n'importe quoi pour pouvoir partir !

Après avoir ciré trois fois nos godasses, après avoir astiqué trois fois nos boutons d'uniforme au "Mirror", et après avoir reçu l'agrément du sous-off accompagnateur sur l'angle d'inclinaison de nos bérets, nous atteignons enfin la porte mythique du passage dans l'autre monde : la gare du Mans !

Ce soir, je me souviens...J'ai douze ans, c'est la première fois que je prends le train tout seul...L'appréhension du voyage me taraude l'esprit...Et pourtant, adieu la caserne, adieu les crevures, adieu l'adjudant surnommé  "le SS"...Je suis dehors, je m'en retourne chez moi...

La machine à vapeur, les changements de gare m'amènent à destination...Mon père en uniforme m'attend à la gare....Nous avons le même uniforme : lui en capote, le manteau long de l'armée, moi en capote, le manteau long de l'armée...

Mes courtes vacances me font parfois regretter les copains...

Plus jamais, je ne dirai "J'ai hâte à Noël " !



samedi 10 décembre 2011

Journaliste terroriste ?

Hernando Calvo Ospina vient de recevoir une lettre des services de M. GUEANT,  lui refusant la nationalité française au prétexte que c'était un dangereux terroriste qui mettait en péril la sécurité de la France...

Collaborateur entre autres du Monde Diplomatique, Hernando Calvo Ospina est réfugié politique en France depuis ...1986 ! Il réalise aussi des documentaires pour la BBC, pour ARTE, il publie des livres, il fait des reportages...Il a deux enfants, sa compagne est française...




Oui mais..."il entretient des relations avec la représentation cubaine en France " (Sic !) Ah bon ? La France est en guerre contre Cuba et il n'y a pas d'ambassade cubaine à Paris ? Et a France n'a pas d'ambassade à Cuba ?   Et M. Pierre Lellouche, Secrétaire d’Etat français au Commerce extérieur, qui a commencé le 8 décembre 2011 une visite de deux jours à Cuba,  il va être déchu de la nationalité française ? Et moi qui ai été faire un tour à Cuba, on va me déchoir de la nationalité française ?

Il lui est aussi reproché sa "proximité avec l'idéologie castriste"...Ah bon ? Les délits d'opinion existent donc dans la "patrie" des droits de l'homme ? Damned ! Il faut que j'enlève de toute urgence le poster du "Che" qui trône en bonne place chez moi, si je ne veux pas voir débarquer les bleus dans l'aube blafarde du petit matin...

Et cerise sur le gâteau, on lui reproche d'être retourné en Colombie pour rencontrer les FARC "à l'occasion de (ses) activités de journaliste" (Re Sic ! )...Être journaliste et exercer son métier, constitue donc un obstacle majeur pour acquérir la nationalité française pour les services de M. GUEANT.

On peut être d'accord ou pas d'accord avec les idées pour lesquelles Hernando Calvo Ospina se bat, et pour lesquelles il a connu le pire, mais peut-on accepter qu'un journaliste qui fait son métier puisse être considéré comme un terroriste dans notre pays qui se pare encore des vertus de la démocratie ?

Une pétition est en ligne pour que le droit s'applique ...Il est vrai que la situation d'Hernando occupe moins l'espace médiatique que DSK ou Merkozy, mais il nous appartient en tant que blogueurs de créer le buzz sur ce déni de justice, qui doit interpeller tout citoyen quant à la liberté d'opinion dans notre douce France..

Tous à vos claviers pour faire passer le message !





samedi 3 décembre 2011

C'est quand qu'on la fait ?

"Surtout, soyez toujours capables de ressentir au plus profond de votre cœur n'importe quelle injustice commise contre n'importe qui, où que ce soit dans le monde.
C'est la plus belle qualité d'un révolutionnaire..."

Lettre d'adieu de Che Guevara à ses enfants ( mars 1965)


J'avais 19 ans lorsque Che Guevara a été exécuté en Bolivie...A l'époque, j'avoue que je ne connaissais rien de ce personnage devenu mythique, et j'étais bien éloigné de la lutte des classes et de la révolution mondiale.

Depuis, j'ai constaté que l'homme était un loup pour l'homme, et que le monde se divisait en deux classes : celle des exploiteurs et des exploités...

Dès mon entrée dans le monde du travail, j'ai choisi instinctivement mon camp et je n'ai jamais eu à le regretter. Mais le monde du travail que j'ai connu se situait dans un contexte "que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître..."


On militait sans état d'âme...On menait les batailles dans les boites...On menait les batailles contre le gouvernement et souvent le rapport de forces nous amenait la victoire...C'était le temps où les travailleurs étaient solidaires...C'était le temps où les travailleurs défendaient leurs intérêts face à la classe des possédants.
C'était le temps où 'l'internationale" cartonnait en tête du hit-parade



Ce billet n'est ni passéiste, ni nostalgique...C'est le cri d'alarme d'un vieux militant progressiste qui ne supporte plus que la pensée unique véhiculée quotidiennement par tous les affidés du pouvoir devienne la feuille de route de la masse des travailleurs et des citoyens en général...

C'est aussi un cri d'alarme contre le crime qui est perpétré contre la démocratie par la junte financière mondiale...



Le capitalisme n'a pas le choix : il fait sa "révolution" pour survivre...Et sa "révolution" est efficace, car aucun contre pouvoir de masse ne s'y oppose...Alors acteurs où spectateurs ?

Alors, c'est quand qu'on la fait, notre révolution ?

"Le peuple uni ne sera jamais vaincu..."




mercredi 9 novembre 2011

Rassurer les marchés....

En Italie, le cavalière doit démissionner, mais il est toujours président du Conseil...Pourtant cette annonce devait "rassurer les marchés", mais ces fameux marchés semblent bien connaître l'individu, car cette berlusconnerie n'a pas suffit à endiguer la panique de la  bourse de Milan...
 
"Rassurer les marchés"...Une expression qui passe en boucle ce soir sur tous les bulletins d'info de France Inter...Il est vrai que le zozo qui assure l'info sur la tranche horaire de 21h à 24 h ne me semble pas avoir inventé le fil à couper le beurre... Mais bon, c'est juste un avis personnel que personne n'est obligé de partager...

"Rassurer les marchés"...Mais qu'est-ce que moi, dans ma petite maison dans la prairie, j'en ai à cirer de ces "marchés" ? Le seul marché que je connaisse, c'est le marché hebdomadaire du chef lieu de canton qui s'étiole en effet petit à petit, victime d'un anachronisme bon aloi. 

Ainsi donc, ce sont "les marchés" qui décident des politiques qui doivent être mises en œuvre dans les États, en Europe et dans le monde. Ce sont "les marchés" qui ont obligé notre premier sinistre (cravate noire, costume noir) à nous demander plus de "sacrifices" et plus "d'efforts" (mais pas plus de rigueur, car ce mot reste encore tabou), tout en oubliant que c'est quand même lui qui est premier ministre depuis 2007, et donc selon la constitution, responsable devant le Parlement des orientations mises en œuvre depuis sa nomination.

Et quand est-ce qu'une radio, une télé nous dira que ces "marchés", ce ne sont que des spéculateurs qui s'enrichissent en créant de "la dette"...Ces spéculateurs qui s'enrichissent avec la complicité de la Banque Centrale Européenne...

Et pendant ce temps là, dans notre hexagone, la crainte et la peur s'installent...Chacun essaye se parer les coups comme il peut...La route est ouverte pour un état totalitaire...La fille à papa Le Pen surfe sur les sondages...

Et "la gauche" dans tout ça ? "La gauche", elle est contente...Elle a un candidat "normal" désigné démocratiquement pour virer Sarko...Pour quoi faire, on ne sait pas trop, mais ça ne peut pas être pire que ce qui existe déjà...Et qu'est-ce qu'il en pense le "candidat normal" de la dictature des marchés ? On ne sait pas trop non plus, mais tout ce qu'on sait, c'est "qu'il veut donner du sens à la rigueur"...Au moins s'il est élu, on sera content car on aura une rigueur de gauche (on a déjà donné !)...Et pendant ce temps là, les spéculateurs continueront de s'enrichir et le Secours Populaire aura de plus en plus de boulot avec l'accroissement de la paupérisation de nos concitoyens.

Ce soir, dans le silence de mon hameau, j'ai rédigé ma petite chronique...Un petit grain de sable dans le monde de la blogosphère...

mardi 25 octobre 2011

La barbarie ordinaire...


Les crimes de l'extrême civilisation sont certainement plus atroces que ceux de l'extrême barbarie.
Les Diaboliques
[ Jules Barbey d'Aurevilly

 "Les crimes de l'extrême civilisation sont certainement plus atroces que ceux de l'extrême barbarie"
                                                                                            Jules Barbey d'Aurevilly (Les Diaboliques)

Yue Yue, petite fille de 2 ans est morte...Dans une ville du sud de la Chine, Yue Yue  échappe à l'attention de ses parents...Survient une camionnette qui la renverse...Le chauffeur s'arrête, hésite et redémarre en roulant à nouveau sur le petit corps...Des piétons passent, indifférents devant la petite forme allongée...Une deuxième camionnette roule carrément sur la fillette...D'autres passants déambulent ensuite en jetant un regard indifférent à la forme allongée sur le sol ...Ainsi que l'atteste la caméra de vidéo surveillance, dix huit personnes ont laissé la fillette agoniser sans intervenir...


Suite à la diffusion de cette vidéo qui a fait le tour du monde et qui a révolté des millions de chinois, le chauffeur s'est constitué prisonnier et été inculpé "d'homicide involontaire"...

Pour sa défense, il a benoîtement expliqué avoir agi ainsi par crainte d'avoir à payer les frais d'hôpital ! "J'ai pensé que ça me coûterait moins cher si elle était morte" a t-il ajouté !

Ainsi donc c'est l'argent qui l'a poussé à agir ainsi ...Ainsi donc au nom de l'argent, l'homme devient un loup pour l'homme et  ne conçoit sa survie qu'à partir de concepts barbares que l'on pensait définitivement relégués au rang des antiquités de l'histoire, au nom des bienfaits de la civilisation ...

Et c'est bien à partir de ces concepts barbares que les chalands de cet espace commercial ont laissé agoniser une fillette, presque un bébé, sans intervenir, dans l'indifférence la plus totale...Ça se passe en Chine, mais comment ne pas s'interroger sur notre environnement de tous les jours où règne l'égoïsme et le "chacun pour soi" ? Comment ne pas s'interroger sur les conséquences de l'appauvrissement programmé de ceux qui produisent les richesses et qui en sont spoliés tous les jours ? Comment ne pas s'interroger sur le devenir même de la démocratie ?

 Et la barbarie, c'est aussi un enfant qui meurt de faim toutes les 5 secondes dans notre monde civilisé, à cause de l'argent...Un crime contre l'humanité organisé par les multinationales de l'agroalimentaire...Dans son dernier livre, "Destruction massive...Géopolitique de la faim", Jean ZIEGLER dénonce à juste titre la spéculation financière sur les agro-carburants et le produits agricoles, spéculation qui est à l'origine de la moitié de la mortalité annuelle de notre planète...

"Les marchés sont nerveux",mais ce n'est pas à cause de Yue Yue, car Yue Yue n'était pas cotée en bourse....





mercredi 19 octobre 2011

Le dur des mous...ou le mou des durs ?

Ainsi donc Flamby a été adoubé par la foule en délire...Tout ça pour ça ! J'ai toujours affirmé être un opposant farouche du processus mis en place par le PS et les médias...France Inter avec d'autres vecteurs d'information, viennent d'ailleurs de se faire retoquer par le CSA à ce sujet...

Je pense être "de gauche"...Mais encore faut il savoir ce que veut dire "être de gauche" aujourd'hui... Pour moi, "être de gauche", c'est de se battre au quotidien pour le progrès social, pour que notre société ne soit plus une machine à exclure, pour que les citoyens puissent affirmer leur volonté d'un réel changement dans leur vote...

Qu'un parti politique qui n'arrive pas en interne à désigner son candidat, fasse appel à l'ensemble du "peuple de gauche" pour adouber un homme providentiel pour battre Sarkozy, en surfant sur l'anti- sarkozysme qui est bien réel, me parait relever de la pure escroquerie intellectuelle. Car en effet la sémantique n'est pas neutre. Parler de "primaires à gauche", en excluant toutes les autres composantes des forces progressistes ressemble à un hold-up bien organisé. Se gargariser de la "démocratie", compte tenu de l'engouement bien réel pour ce vote, m'interpelle quant au sens que l'on donne à ce concept et m'inquiète quant au message que l'on veut faire passer...

Et que dire de la girouette Montebourg ? Il m'était presque sympathique par le discours qu'il tenait, et j'ai failli aller voter pour lui...Heureusement que je ne l'ai pas fait, car j'aurai été cocu comme les 370 00 électeurs qui ont voté pour lui !

Et que dire de l'info de ce soir, où François Bayrou explique qu'il pourrait y avoir "des points de rencontre" entre lui et François Hollande si le candidat socialiste "portait ses idées" et pas celles du Parti socialiste . Et François Bayrou d'enfoncer le clou : "Si c'était les vraies idées de François Hollande, je n'ai pas de doute qu'il y ait des points de rencontre"

Finalement, les primaires c'est le bal des cocus ?




lundi 17 octobre 2011

La vie...

La vie est une chance, saisis-la...
La vie est un défi, fais lui face....
La vie est précieuse, prends en soin...
La vie est un mystère, perce-le....
La vie est promesse, remplis-la
La vie est tristesse, surmonte-la...
La vie est un combat, accepte-le
La vie est un bonheur, mérite-le
La vie est la vie, défends-la...

Discrètement, comme à son habitude, mon épouse est partie pour le dernier voyage, sans vouloir déranger personne...Sa vie s'est opposée jusqu'au bout à la maladie qui l'a emportée bien trop töt, et bien trop rapidement...

Dans notre vie, on s'est rencontré...On s'est aimé...On s'est déchiré...On s'est séparé...mais on s'est retrouvé...

samedi 17 septembre 2011

La fête de l'Huma...


Ce soir, contrairement à d'autres années, je ne suis pas à la fête de l'Huma...Depuis un certain temps, cette vraie fête de la gauche passe pour un non évènement sur les médias...Quelle bonne surprise aujourd'hui en écoutant France inter ! La fête de l'Huma fait la une des bulletins d'information ! En ces temps de crise, le PCF ne correspondrait-il plus à l'image ringarde et stalinienne que véhiculent les bobos de "gauche" ?

Ne rêvons pas  ! Cette effervescence médiatique n'est due qu'à la présence des candidats aux primaires socialistes sur le site de la fête... Et paf sur Hollande qui n'a pas daigné faire le déplacement !



Les candidats aux primaires socialistes sont donc allés à la rencontre du "peuple de gauche"...Tant mieux, si le PS se rappelle qu'il est de "gauche", ce n'est pas moi qui m'en plaindrai !

Ce soir, j'aurais été au Village du monde partager le "couscous laïque" avec mes amis algérois...Ce soir, j'aurais fait la fête en déambulant dans les allées en buvant des bolées avec des illustres inconnus qui seraient vite devenus mes frères...

La fête de l'Huma reste pour moi, le seul endroit où le mot "humain" garde tout son sens...le seul endroit où le mot "communion" prend tout son sens par rapport à celui que lui a attribué l'idéologie chrétienne...Car dans "communisme", il y a bien le mot "commun..."

La fête, c'est un bon cru cette année...Un petit aperçu avec les jeunes...






mercredi 24 août 2011

Un Monsignore dans l'escalier....

Ce matin, j'ai failli ne pas lire un entrefilet dans mon journal local...Dinard, le fleuron de la Côte d'émeraude a connu hier une effervescence particulière...Les pompiers toutes sirènes hurlantes, ont investi la résidence de François Pinault, une des plus grandes fortunes de France... Cette résidence abrite actuellement Jacques et Bernadette, arrivés de Saint-Tropez dans les fourgons de François...

Au vu de cette effervescence, tout le bon peuple dinardais  a manifesté une émotion légitime en pensant que l'illustre touriste de leur station balnéaire avait succombé à ses excès d'ancien Président en vacances...

Mais que nenni ! Mon canard local m'a appris ce matin qu'un évêque s'était cassé la gueule dans l'escalier, chez François Pinault... Mgr Di Falco, évêque de Gap et d'Embrun, aurait-il abusé du vin de messe ? Mais que diable allait-il faire dans cette galère ? Son ministère lui laisse t-il donc tant de loisirs ? Même ses camarades évêques se posent la question de sa disponibilité...


Il est vrai que mon anticléricalisme primaire s'est réjoui  ce matin à la lecture de mon journal... C'est ce qui a nourri ce billet de ce soir qui n'a sans doute aucun intérêt pour les "blogueurs influents"



 Mais bon, un petit billet qui ne parle ni du PS, ni des primaires, ni de Sarko, et encore moins de la crise, ça fait du bien de temps en temps...

lundi 22 août 2011

Les riches...des citoyens comme les autres...

La révolution est marche...Les riches veulent payer des impôts ! Alléluia ! les riches sont devenus des philanthropes... Comme quoi, homme de peu de foi que je suis, je suis obligé de constater qu'un miracle s'est produit...

 « J’estime qu’être riche donne des responsabilités. La première est de contribuer à la solidarité nationale, surtout en cette période de crise. » déclare dans le Parisien Geoffroy Roux de Bézieux, patron de Virgin Mobile....Mais le naturel revient vite au galop… Si Roux de Bézieux se déclare « favorable » à l’appel de Warren Buffett, « c’est symbolique », se rassure-t-il immédiatement. « Il faut le dire aux Français, ce n’est pas en taxant même beaucoup les riches que l’on réglera le problème de la dette de l’État. (…) L’ISF est un impôt idiot, et il ne faut pas que cela exempte l’État des efforts à produire en matière de réduction des déficits. »

De son côté, dans une tribune du Monde, Maurice Lévy préconise, derrière l’affichage « les riches sont solidaires », une attaque sans précédent contre « nos structures administratives et nos systèmes sociaux, pour pouvoir à l’avenir réduire drastiquement nos coûts », évoquant également un « programme de privatisation dédié exclusivement au désendettement ».

 Y'aurait-il le feu dans la baraque ? Des capitalistes qui veulent payer des impôts, voilà un sujet qui va certainement faire l'objet de grands débats à l'université d'été du PS de La Rochelle...

Et si les riches sont envoutés par leur percepteur, qu'ils fassent appel aux mânes de Raymond DEVOS...




Le cul en politique, c'est sans fondement !

La Libye et DSK ont fait la une des médias toute la journée...Promis, juré, c'est le peuple libyen qui a fait tout seul sa révolution...Les forces de l'OTAN, n'étaient là qu'en observateurs...Bravo pour le peuple qui a foutu en l'air son dictateur sanguinaire...Maintenant c'est à ce même peuple de prendre son avenir en mains et de ne pas déléguer ses pouvoirs au Conseil National de Transition (CNT), dont certains experts jugent que leur gestion pourrait être pire que pendant l'ère Khadafi...

Quant au deuxième sujet de notre actualité de ce jour, pour DSK tout va bien...merci ! Tout baigne pour lui...En fait, il a été victime d'un complot et "M. Strauss-Kahn et sa famille sont reconnaissants envers le bureau du procureur d'avoir sérieusement pris en compte nos préoccupations et d'avoir conclu de son propre chef que ce dossier ne pouvait pas aller plus loin", ont déclaré les avocats dans un communiqué.

 Dont acte ! Mais voilà que cette décision commence à secouer tout notre petit monde politique et surtout commence à secouer sérieusement ses "camarades" qui se vont se retrouver en conclave à La Rochelle... En effet, ce "blanchiment" de l'ex favori des médias pour la présidentielle de 2012, risque fort de perturber les débats qui  doivent se tenir entre tous les candidats aux primaires qui se détestent certes , mais qui publieront sans été d'âme  un communiqué unitaire de bon aloi pour rassurer "le peuple de gauche""...

Car, même avec toutes les précautions d'usage, certains caciques du PS pensent encore, sans rire, avoir retrouvé avec DSK, l'homme providentiel pour 2012...

C'est tellement pitoyable que je n'ose même plus en rire...Je préfère laisser chanter "Les deux copains d'abord" que j'ai découvert ce soir en naviguant sur la toile...(Même si je n'ai jamais aimé de Gaulle...)



jeudi 18 août 2011

La règle d'or...A ne pas prendre pour argent comptant


Ainsi donc, notre Zébulon national veut inscrire dans la Constitution une règle d'or pour limiter les déficits publics.


Notre Président s'affirme donc comme le défenseur de l'intérêt national face à l'attaque pernicieuse des marchés... Je ne dirai pas que proposer cette mesure en fin de mandat, après avoir quasiment doublé le déficit public par l'octroi de cadeaux fiscaux vertigineux, relève uniquement d'une stratégie de campagne électorale afin déstabiliser les autres prétendants à la candidature suprême...Ce serait faire preuve de mauvais esprit !

Cela fait quelques années  que je constate que la communication gouvernementale (les "éléments de langage") utilise une sémantique qui fait référence à notre culture générale. Ce sont des termes que nous avons rencontrés dans notre vie en fonction de notre culture et de notre parcours...

Ainsi le fameux "Grenelle de l'environnement" revendiquait une filiation par rapport aux accords de Grenelle, qui étaient bien éloignés de la soupe teintée de vert qui nous a été servie par le ministre de l'écologie de l'époque... De même, tous les médias nous bassinent actuellement avec cette fameuse "règle d'or"!

J'avoue que je me suis posé pas mal de questions quant à la finalité d'intégrer la règle d'or de Fermi dans la Constitution...Peut être que s'agissant d'une théorie des perturbations dépendant du temps, il y a urgence à faire adopter cette "règle d'or"...


Mais ce débat autour de la "règle d'or" devrait amener nos politiques à se poser une question fondamentale : depuis quand l'argent est-il une fin en soi ? C'est un moyen certes important, mais il ne reste quand même qu'un simple outil.. Inscrire dans la Constitution l'obligation de réduire les déficits (même au prix d'une politique socialement acceptable), reviendrait à donner à cet outil, à ce simple moyen, la même importance que les principes supérieurs qui régissent notre République : libertés, égalité de tous les citoyens devant la loi...et aussi la nécessité pour chacun de contribuer à l'effort collectif en fonction de ses capacités contributives...Inscrire dans la Constitution ce principe de réduction des déficits, reviendrait à asservir la Constitution à la dictature des marchés...

L'argent a t-il une valeur constitutionnelle ?



"Faut il constitutionnaliser les déficits et l'argent est il une fin en soi ?" C'est une question sur laquelle les citoyens auraient pu obliger le gouvernement à organiser un vote. Mais la loi organique sur le référendum d'initiative populaire n'a jamais été promulguée...Encore une arnaque de notre Zébulon national...



jeudi 11 août 2011

La crise, cest du cinéma !

Ce matin, j'ai reçu dans ma boite mail un message m'invitant à lire l'excellent papier que vient de faire Médiapart sur la dictature des marchés...Cet article contient un salutaire rappel du discours que notre Zébulon national avait tenu à Toulon le 25 septembre 2008, sur la "moralisation du capitalisme"..., discours à mettre en parallèle avec l'action ferme et résolue du susdit qui est venu hier " pisser sur l'incendie" et "s'en est retourné faire du pédalo", ainsi que l'analyse Yann dans son billet d'aujourd'hui...




L'actualité se bouscule ces derniers jours...L'article de Médiapart tombe à point pour se substituer à ma fainéantise naturelle... Comme il est beaucoup plus complet que ce j'aurais pu écrire sur le sujet, je vous laisse donc l'apprécier à sa juste valeur...


Mais surtout, en illustration de l'article, la bande annonce des Tontons Flingueurs (1963) et un extrait de l'excellent film d'Henri Verneuil, le Président, (1961) avec un Jean Gabin époustouflant, prennent une saveur particulière dans le moment présent, et sont à consommer sans modération...


En fait, la crise c'est du cinéma en mondovision...


dimanche 7 août 2011

Envoyons un signal fort aux marchés....

Aujourd'hui la blogosphère a les boules quant à l'évolution des marchés...Yann Savidan est adepte du bourre pif pour mettre les pieds dans le plat. L'union sacrée semble se mettre en place pour tancer ces "marchés" qui ne nous demandent pas notre avis...
Ce soir, j'envoie donc moi aussi, un signal fort aux marchés :



Et pour rappeler aussi qu'aux États-Unis, la dette des institutions financières est passée en 30 ans de 16 % à plus de 120 % du PIB...


mercredi 3 août 2011

Syndicalisme ringard ?

En France le taux de syndicalisation est l'un des plus faible en Europe et dans le monde...Entre 7 à 8 % de salariés sont syndiqués en France...C'est une constatation, et chacun en tirera les analyses qui lui conviendra en fonction de sa culture, de son environnement et de sa vie quotidienne..Cependant au vu de notre histoire, on  peut  s'interpeller quant à ce faible taux de syndicalisation. Le syndicalisme à la française qui fait partie de cette histoire, a été construit par les travailleurs pour la défense de leurs intérêts moraux et matériels. C'est ce syndicalisme qui a été à l'origine des grandes conquêtes sociales en 1936, conquêtes dont nous bénéficions toujours actuellement...même si nous sommes obligés de nous défendre becs et ongles contre les requins de la finance mondiale, qui trouvent que ces avantages sont un péril pour LEUR économie... S'il y avait eu 15 % de salariés syndiqués en France l'automne dernier lors des manifs pour les retraites, l'issue de conflit aurait elle été la même ?

Oui mais voilà ! La pensée unique véhicule que la syndicalisme dans notre société du XXIè siècle, c'est ringard...Et la communication est tellement bien faite que la majorité des salariés en est persuadée...

Ringard le syndicalisme ? Ringarde la CGT ?

Peut être...Mais en France, dans l'un des plus grands hôtels de Nice, le Méridien, un accord vient d'être conclu dans le cadre des NAO (Négociations Annuelles Obligatoires). Cet accord précise que" 4 jours de congés seront accordés pour le mariage de personnes du même sexe (mariage célébré en Europe)..C'est la première entreprise ne France où l'on accorde ce droit, suite à une NÉGOCIATION SYNDICALE C'est la première victoire du collectif confédéral CGT de lutte contre l' homophobie pour l'égalité et la non discrimination des travailleuses et travailleurs LGBT ( lesbiennes, gays, bisexuels et  transgenre)

Alors, ringard le syndicalisme ? Ringarde la CGT ?

Même les papys ne sont plus ringards :



vendredi 29 juillet 2011

C'est un joli nom... camarade...

Ce soir, le monde des blogueurs est en deuil...Un tsunami a envahi la blogosphère..Le coucou des claviers a pris le bateau pour le dernier voyage...Je ne sais pas s'il trouvera un port à l'arrivée, mais il aura certainement laissé une empreinte indélébile dans notre vallée de larmes...





 Pourquoi faire un billet ce soir pour quelqu'un que je ne connais pas? Peut être parce que l'empathie que j'ai perçue m'a interpellé...Je découvre le monde des blogueurs... Je découvre que le virtuel peut engendrer des vraies valeurs humanistes...Tant mieux, même si je suis complètement allergique à la notion de communauté, telle que le monde de la blogosphère semble vouloir véhiculer...

C'est un joli nom camarade ! Mon camarade, c'est comme cela que j'ai envie d'interpeller celui qui est parti et que je ne connais pas...Camarade... C'est le plus beau mot de la langue française que je connaisse...


Bon vent, mon camarade que je ne connais pas ...



lundi 25 juillet 2011

La faim...du monde...

Ce soir j'ai mal aux tripes...J'ai mal aux tripes d'avoir mangé à ma faim...alors qu'un milliard de personnes crève de faim dans le monde...



Un milliard de personnes , c'était en 2009...Mais avec la sécheresse qui sévit sur la Corne de l'Afrique, c'est une catastrophe sans précédent dans l'histoire de l'humanité qui est en train de se mettre en place...Et cette catastrophe est accentuée par un état de guerre permanent qui prend les populations en otage...

Oui des otages...car ce ne sont pas les usagers de nos transports publics qui sont en train de crever ! Ce sont des enfants qui meurent de faim toutes les cinq secondes dans notre monde dit "civilisé" !

"Un enfant qui meurt de faim est un enfant assassiné." C'est ce qu'aurait pu entendre le public du festival de Salzbourg lors de l'intervention de Jean ZIEGLIER, intervention qui a été déprogrammée au dernier moment...La faim dans le monde, ça risque bien sûr de perturber la digestion des festivaliers !

Ce soir, je rêve... Je rêve que la blogosphère s'empare de ce problème...Il paraît que la blogosphère peut faire des révolutions...Ce soir, je rêve que la révolution de la faim fasse irruption dans tous les réseaux sociaux...

Mais ce soir, je ne rêve pas en affirmant que laisser crever de faim des enfants, des femmes et des hommes, constitue un crime contre l'humanité qui relève du Tribunal Pénal International.






samedi 23 juillet 2011

TOTAL respect ?

Ce soir, j'ai abreuvé mon véhicule à moteur dans une station low coast. Je n'ai pas eu droit au nettoyage de mon pare brise...

Quatre centimes de plus par litre depuis la dernière fois...Pas grave, la carte bleue assure, en débitant des agios pour enrichir le matelas des banquiers...


 
Et la carte bleue enrichit aussi les profits de TOTAL. Car TOTAL possède le quasi monopole du raffinage en France, activité largement déficitaire qui lui permet de ne pas être imposable à l'impôt sur les sociétés en France. Mais Christophe de MARGERIE,  le PDG du groupe, tient à monter l'exemple et à se conduire comme un chef d'entreprise citoyen : il vient d'annoncer que son entreprise renonçait au BMC, la niche fiscale la plus prisée des patrons du CAC 40.
Dans le cas précis le sigle BMC ne s'applique pas bien entendu au Bordel Militaire de Campagne, mais au Bénéfice mondial Consolidé. Quel beau geste ! Cette annonce a fait la une du 20 heures, sauf que ce n'est pas pour cela que TOTAL paiera un centime de plus d'impôts en France !
Et ce n'est pas pour cela non plus que l'essence doit baisser à la pompe, bien au contraire ! Car  "si on ne répercute pas les hausses du prix du baril, la boite coule" affirmait récemment le PDG  de TOTAL !


Mais notre gouvernement veille...Notre célèbre ministre de l’énergie, champion de l'identité nationale, vient de recevoir M. de MARGERIE. Après cette rencontre notre ministre a acquis la  conviction que "Total et les autres distributeurs de carburants avaient répercuté les baisses des cours du pétrole sur les prix à la pompe aussi vite que les hausses". 

Elle est pas belle la vie ?


 
 


mercredi 20 juillet 2011

Pourquoi ont ils tué Jaurès ?

Les dirigeants du PS sont ils socialistes et peuvent ils encore se réclamer de Jean JAURES ? Je ne suis pas certain que cet intellectuel bourgeois qui a renié sa classe d'origine en prenant fait et cause pour le socialisme à l'occasion de la grève des mineurs et verriers de CARMAUX, retrouverait son compte dans le spectacle pitoyable que nous livrent les candidats à la candidature du PS. 

Non content de courir les festivals de CARHAIX en AVIGNON, tout ce petit monde surfe sur la sphère médiatique, chacun surenchérissant en propositions et en promesses...en oubliant me semble t-il, qu'un programme électoral a été adopté par une grande majorité des adhérents du PS.

Cela pourrait prêter à sourire, voire même à s'esclaffer, si ce constat ne nous amenait pas à nous poser la seule question fondamentale qui vaille pour les élections à venir, c'est à dire : "C'est quoi, être de gauche aujourd'hui ?"

Car enfin, Mesdames et Messieurs les dirigeants du PS, vous êtes en train de nous dire, en étant complaisamment relayé par les médias de tous bords, "qu'être à gauche" aujourd'hui, passe obligatoirement par une participation aux primaires organisées par votre parti ! Qu'un parti, un syndicat ou tout autre collectif constitué élabore son programme, ses revendications, ses orientations avec ses adhérents me semble bien sûr  relever d'une saine démocratie. Mais il faut bien reconnaître que votre principe de "démocratie directe" constitue une mise en scène pour que le peuple de gauche finisse par croire qu'il n'a que le choix qu'entre les candidats du PS et non entre les candidats du PS et une autre gauche.

Le socialisme dont se réclamait JAURES aurait il admis qu'il puisse être représenté par un directeur du FMI, comme ça a failli être le cas ? JAURES aurait il admis que la dictature des  marchés financiers  soit devenue la feuille de route des gouvernements au détriment des peuples, en mettant gravement en péril les systèmes  démocratiques ? JAURES aurait il admis que le peuple dont il se réclamait, n'en puisse plus de survivre dans une société de privilégiés qui étale ses richesses d'une manière obscène ?

Pourquoi ont ils tué JAURES ? 

 











lundi 18 juillet 2011

Bizarre...vous avez dit bizarre ,

Bizarre...Y aurait il une frilosité des lecteurs de ce blog à laisser un commentaire ? Tous les outils sont en place et ont été testés : les statistiques de Blogspot font état d'une consultation certes modeste mais régulière..Il est vrai que ce blog ne fait pas l'objet d'une mise à jour quotidienne...Il est vrai aussi que l'auteur a du mal à se retrouver dans tous les méandres de la blogosphère...Mais il est vrai également que l'auteur a aussi parfois l'impression de se retrouver bien seul dans cette blogosphère...
Au fait un blog, ça sert à quoi ?

vendredi 15 juillet 2011

14 juillet...la République et la tradition

Supprimer le défilé militaire du 14 juillet ? Le pavé dans la mare lancé par Éva JOLY a créé une onde de  choc qui n'en finit pas de se répercuter auprès des médias qui se situent "à gauche" et auprès des blogueurs qui s'affichent à droite...
Sans doute que la candidate arrivée en tête  des primaires des verts ne semble pas maîtriser complètement les éléments de langage qui doivent maintenant  accompagner sa communication. Sans doute également qu'elle fait preuve d'une certaine naïveté en ne se rendant pas compte qu'elle est devenue un personnage public, candidate à la magistrature suprême...
Mais il n'empêche qu'elle pose la vraie question : c'est quoi le 14 juillet ? C'est une fête militaire ou c'est la fête de la République Française? Le 14 juillet 1789, le peuple en révolte a pris la Bastille, le peuple en révolte a fait la révolution...Et il y a encore des Bastilles à prendre!
La fête nationale a une histoire...Et quand les cris d'orfraies lancés par notre premier sinistre font appel à la tradition, au "manque de culture des valeurs françaises" d''Eva JOLY, il est peut être bon de lui rappeler que le 14 juillet 1936, un million de travailleurs ont défilé après les militaires, en chantant la Marseillaise avec le poing levé !
Et le 14 juillet, c'est bien une fête populaire... Les bals des pompiers, les flonflons, les feux d'artifice, les repas citoyens dans les petits bourgs...C'est sans doute ça la tradition, une tradition attachée aux racines de la République...





.

mercredi 6 juillet 2011

Zouzou, le travailleur et le financier....


Décidément, la justice française se veut aussi exemplaire que celle des USA. De dangereux criminels  viennent de se voir condamner par le Tribunal de Grande Instance de Bergerac. Leur crime ? Avoir recueilli le long d'une route, un bébé renard auprès de sa mère morte. Ce renardeau, baptisé Zouzou a été élevé comme un animal domestique par ses parents adoptifs. La justice a décidé la confiscation de "l'objet du délit", vouant ainsi l'animal à une mort certaine, celui n'étant plus adapté à une vie sauvage...

Drôle de société, où un admirateur de Brassens (voir un précédent billet) et des personnes ayant agi selon leur cœur, se retrouvent condamnés "au nom du peuple français"

Drôle de société où dans le même temps "le peuple français" se voit opposer un déni de justice pour demander réparation aux patrons voyous qui détruisent la santé de leurs salariés pour engraisser leurs propres profits. D'une enquête réalisée en 2010, il ressort que moins du tiers des entreprises pour lesquelles les inspecteurs du travail ont dressé un P-V ont été condamnées devant les tribunaux. Il est vrai que si pour faire appliquer le Code du travail on mettait en œuvre autant de zèle que celui qui est déployé pour faire appliquer le Code de la route, les prisons déborderaient encore plus !

 Drôle de société enfin, où les délinquants de la finance adressent un magnifique bras d'honneur au même "peuple français" Les délinquants financiers s’abritent derrière des lois ….qui résultent de décisions politiques . Ils ont donc besoin d’appuis politiques dans les différentes institutions décisionnelles...Les petits arrangements entre amis génèrent les gros profits...

Au fait, les parents adoptifs de Zouzou avaient-ils droit à la présomption d'innocence ?

jeudi 30 juin 2011

De l'art de gouverner...

J'ai promis à ma blogueuse préférée de lui faire un "link" dans mon billet. Bon, ben ça c'est fait !
Ce soir, nous avons un nouveau gouvernement... Alléluia ! Bernadette qui a perdu son siège de conseillère générale de Corrèze, a réussi à réussi à fourguer à Sarko son copain David Douillet qui récupère un hochet ministériel, à savoir un poste de "Secrétaire d’État aux Français de l'étranger"...S'occuper des "Français de l'étranger", ça me semble quand même un sacré rétro-pédalage de la part de notre Zébulon national 
On est quand même loin de l'époque flamboyante du Sarkozysme qui avait vu la naissance du "Ministère de l'immigration et de l'identité nationale" pour prendre en charge le sort des "étrangers en France" ! Bon, je sais, il va y avoir des élections en 2012, et les "Français de l'étranger" constituent un réservoir de voix non négligeables pour l'UMP...Et c'est sans doute faire preuve d'un esprit bien tordu que de penser une chose pareille...
Ce remaniement ministériel mérite hautement de figurer dans les livres d'histoire. Je croyais naïvement qu'un ministre était nommé pour servir l’État, pour diriger un ministère et tous les fonctionnaires qui y travaillaient...Nous avons assisté aujourd'hui à un morceau d'anthologie. On se serait cru dans une cour de récréation où les cacas nerveux se disputaient au combat des égos. Cette pantalonnade sur laquelle pratiquement tous les médias ont persiflé, ne risque pas de réconcilier le citoyen avec la politique...Mais ce n'est pas grave, l'objectif était de flinguer BORLOO pour les présidentielles.

Je pense que Coluche se serait bien amusé aujourd'hui !






jeudi 23 juin 2011

La feuille blanche


C'est dur de tenir un blog à jour ! Il parait qu'il faut absolument combattre le syndrome de la "feuille blanche"...Sauf que les mots ne sont plus ce qu'ils étaient ! Parler de feuille blanche alors que je tapote sur mon clavier, ça me perturbe un peu dans mes références scolaires...
On a envie de raconter sa vie...On a envie de raconter le monde...et on n'est qu'un anonyme qui survit dans son entourage quotidien...Et un jour, on a envie de jouer avec les mots, on a envie de dire les choses...Et même si on se rend compte que le mot "humanité" n'a plus aucun sens, que le fric, le pognon, le blé, la thune, l'oseille, le grisbi, ça nourrit la guerre et non pas les enfants, on a envie de dire qu'on est encore là...
 Et pendant que j'écris ce billet Bernard LAVILLIERS chante...


"Est-ce ainsi que les hommes vivent ?" Chante Nanard, chante ! Nos utopies sont toujours là ! Ce sont les utopies qui referont notre monde !
Et pour combattre le syndrome de la feuille blanche, ce soir j'étale mes états d'âme...Je ferai mieux d'aller boire un coup au bistrot du coin...Bistrot, taverne, estaminet, rade, troquet, autant de noms qui qualifient le lieu de perdition où le prolo va boire son SMIC pour oublier que demain il fera jour...Autant de noms servant aussi d'alibis aux cuites magnifiques qui jalonnent la vie...La cuite, la piste, la jaille, le dégagement, des noms qui  feront souffler dans le biniou la "France d'en bas", pendant que la "France d'en haut" rentrera dignement chez elle après un vin d'honneur, un cocktail, une garden-party, un apéritif dinatoire...
Finalement, la lutte des classes passe par des chemins surprenants!


mercredi 15 juin 2011

Parler pour ne rien dire...

La télévision est un spectacle permanent, surtout dans les journaux télévisés et les "magazines d'information"...La télé est un outil formidable pour développer le nombrilisme et mettre en scène  un scénario catastrophe sur le moindre fait divers survenu à Triffouilly les Oies.
La télé est aussi le temple de la langue de bois. Je suis toujours aussi admiratif de voir nos crânes d’œuf débiter des sornettes la main sur le cœur, tout en ne pensant pas un mot de ce qu'ils racontent...S'ils le font, c'est qu'il doit y avoir un retour sur investissement, c'est sans doute moi qui ai l'esprit mal tourné...
En tout cas, il y en avait un qui maniait les mots à la perfection pour provoquer le comique par l'absurde, c'était Raymond Devos. La petite vidéo ci-dessous, ramenée à notre Zébulon national, ne manque pas de sel à cet égard...

video

Salauds de vieux !

"Pourquoi ces jeunes générations accepteraient-elles de participer à l'effort de prise en charge de la dépendance de leurs aînés si, en plus, elles ont à assumer le fardeau de la dette léguée par ceux-ci? Qu'en termes élégants, notre premier sinistre en déplacement hier à Marseille, a exprimé la vision de la société que lui et ses amis du CAC 40 voudraient nous imposer...
"Salauds de vieux ! Vous n'avez pas honte de laisser vos enfants sur la paille? Avec vos pensions de misère, vous êtes en train de ruiner le pays !"
En limitant le dossier de l'aide à l'autonomie aux seules personnes âgées, le gouvernement voudrait montrer que cette partie de la population devient une charge insurmontable pour l'ensemble de la société
Dans ce dossier, la sémantique n'est pas neutre. Il est à noter que l'ensemble des médias, certains partis politiques, certaines organisations syndicales et une grande partie de nos concitoyens se sont focalisés sur le terme "dépendance" , avec toute les connotations péjoratives que cela entraîne sur le regard porté sur la population des seniors.
Et pourtant l'utilisation du mot "dépendance" est discriminatoire. En réservant aux seules personnes âgées le terme de "dépendance", on induit l'idée que la vieillesse est forcément synonyme d'une charge pour la société.
Ainsi est nié l'impact des conditions de vie et de travail sur lesquels on peut agir, pour ne retenir que l'âge biologique  pour lequel la responsabilité de la société n'est pas engagée.
Il est évident qu'une autre approche qui récuse le terme de "dépendance" pour lui substituer le concept "d'aide à l'autonomie ou handicap", n'a pas le vent en poupe auprès de nos gouvernants qui s'appliquent consciencieusement  à détricoter le programme social du Conseil National de la Résistance.
Ce texte fondateur de notre Sécu, rappelle que l'être humain a des droits de sa naissance à sa mort et cela quels que soient son âge et son état de santé. Tout être humain est dépendant des autres et son environnement. Cette dépendance est le fondement même de la vie sociale.




vendredi 10 juin 2011

Commentaires

Désolé pour celles et ceux qui ont voulu soutenir ce blog en laissant un commentaire...Erreur de néophyte et de débutant, je n'avais pas activé les paramètres nécessaires...Tout doit être rentré dans l'ordre maintenant...Ce n'est pas en effet rigolo d'être tout seul à discourir sur ce blog
Merci de vos visites

mercredi 8 juin 2011

Pro Déo...Pro Patria...

"Pro Déo...Pro Patria..." Pour Dieu, pour la Patrie...Le sabre et le goupillon...Je n'avais jamais remarqué ces lettres d'or gravées sur  le monument aux morts du bourg, devant lequel je me gare régulièrement...Il est vrai que ce parking est aussi celui de la boucherie charcuterie que je fréquente régulièrement...Le monument aux morts côtoyant la boucherie du bourg : quel clin d’œil morbide à l'histoire ! La boucherie que fut la "Grande Guerre" aura au moins enrichi les marchands de canons et les fabricants de monuments aux morts, qui avaient sans doute les mêmes intérêts. Cette boucherie où les pauvres bougres de paysans bretons ne pensaient certainement pas à se battre pour Dieu ou pour la Patrie...Dans l'horreur et l'angoisse, ils ne pensaient surtout qu'à sauver leur peau !
Aujourd'hui, les marchands de canons se portent toujours bien , merci ! Le cynisme et l'affairisme de nos gouvernants ne s’embarrassent pas de la vie de quelques libyens, cynisme d'autant plus accentué quand, telle une vierge effarouchée, notre Zébulon national vole au secours des mêmes libyens au nom des droits de l'homme !
Et notre belle armée possède ainsi un terrain de manœuvre grandeur nature,  où les armes françaises sont testées contre d'autres armes françaises...La perfection dans l'entraînement, qu'aucune culotte de peau étoilée n'a pu mettre en œuvre dans une guerre "classique"
Car la France n'est pas en guerre, ni en Libye, ni en Afghanistan, ni d'ailleurs comme elle ne l'a jamais été en Algérie : il s'agit simplement de simples opérations d'assistance où de maintien de l'ordre...Et notre armée n'est plus une armée de conscription, elle devenue une armée de métier qui constitue une véritable machine à intégrer nos jeunes "issus de l'immigration", qui pourront ainsi se faire se faire démolir le portrait à la place des "français de souche"...Et s'il y en a qui survivent, eh bien on en fera des vigiles ou des gardes champêtres !




vendredi 3 juin 2011

Garde à vue

Ce matin j'ai reçu ça dans ma boite mail :


video

Je ne connais pas cet humoriste, mais je trouve qu'il se situe très bien dans la lignée de Coluche...J'espère toutefois que ce message ne va pas m'attirer les foudres de la maréchaussée, car il semble bien qu'actuellement il ne soit plus permis de moquer du gendarme...Un brave quidam, un peu éméché certes, mais se trouvant chez lui (ce qui n'est pas encore interdit, ça viendra peut-être), prenait l'air à sa fenêtre quand il vit deux pandores qui déambulaient au bas de sa rue...Un réflexe conditionné sans doute, lui fit entonner "Hécatombe", une des nombreuses chansons où Tonton Georges, en vieil anar qu'il était, réglait ses comptes avec les représentants de l'ordre établi.
Que croyez vous qu'il arrivât ? Notre quidam fut emmené manu militari au poste, placé en garde à vue, présenté devant un juge et condamné ! Condamné pour une chanson qui devrait figurer au patrimoine de l'humanité, au même titre que l’œuvre de Brassens. Peut-être  que ce juge se rappelait le sort qui avait été réservé à son collègue dans la chanson "Le gorille"...?
Triste société qui condamne ses enfants parce qu'ils rient de l'autorité...Comment peuvent ils avoir confiance dans la justice de leur pays ?
Si je me retrouve au poste, vous viendrez m'apporter des oranges, mais je pourrais fantasmer un maximum si le chef est une taulière !

mardi 31 mai 2011

Dame misère....

"On ne loge que l'argent en douce France, le pauvre et les rats se terrent dans les trous..." Cette phrase extraite de "Sodome",'une des plus puissantes chansons de Glenmor me revient en mémoire après avoir vu ce soir un film sur ARTE, intitulé "Travailler jusqu'au tombeau "...Il y a plus de 50 ans Glenmor, barde breton, poète et écrivain,  rugissait dans les tavernes enfumées de Montparnasse , refusait de voir sa Bretagne bafouée et criait sa révolte contre la société des biens pensants...Glenmor, Milig AR Scanv, que j'ai côtoyé dans ma jeunesse et qui fut un des  portes drapeau de la jeunesse bretonne, avec également Xavier Grall et Gilles Servat...
Ce soir ce film traitait de la paupérisation des retraités en Allemagne, en France et en Angleterre...Quand on est syndicaliste, on croit, non pas détenir la vérité, mais posséder une faculté d'analyse qui nous conforte dans la nécessité de revendiquer et de faire partager cette nécessité aux autres...
Mais quel choc ce soir avec l'entame de film ! A Berlin, une femme de 68 ans fait les poubelles, 7 jours sur 7, 8 à 9 heures par jour...pour récupérer des bouteilles vides afin de les déconsigner pour quelques euros..et cette femme a cotisé toute sa vie, car elle était infirmière puéricultrice ! C'est incroyable, choquant...mais c'est la réalité toute crue ! Et dire que c'est l'Allemagne qu'on nous donne en exemple ! Un autre exemple en France était tout aussi choquant : une femme de 78 ans était obligé de faire des petits boulot, car son mari étant décédé de maladie, elle ne touchait qu'une faible pension de reversion, ajoutée à sa petite retraite...
Ces exemples illustrent bien, entre autres, que ce sont les femmes seules qui sont en première ligne face au rouleau compresseur de l'ultra libéralisme qui ravage toute l'Europe...
Alors ce soir bien sûr, je m'interroge encore plus sur notre capacité collective à réagir...Indignons nous certes, mais le ras le bol ne suffit plus, il faut le concrétiser par des revendications unificatrices portés par une majorité de citoyens qui consentent à mettre l'intérêt général au dessus de leurs intérêts particuliers. Et cela, à mon avis ce n'est pas encore gagné. C'est ce que nous avons vu dans le conflit des retraites où un immense ras le bol s'est exprimé, mais on en est resté là. Peut êtres que les syndicats ont fait des erreurs de stratégie, mais les syndicats n'existent que parce qu'il y a des syndiqués. Et les syndiqués dans leur majorité sont restés sur une conception de la délégation de pouvoir, qui pouvait se justifier à un moment mais qui est complètement mortifère dans la situation actuelle...
Ne laissons pas au monde des affaires le soin de s'occuper de nos affaires !



"SODOME" et "PRINCES..." de Glenmor...Deux textes toujours d'actualité...