mercredi 6 juillet 2011

Zouzou, le travailleur et le financier....


Décidément, la justice française se veut aussi exemplaire que celle des USA. De dangereux criminels  viennent de se voir condamner par le Tribunal de Grande Instance de Bergerac. Leur crime ? Avoir recueilli le long d'une route, un bébé renard auprès de sa mère morte. Ce renardeau, baptisé Zouzou a été élevé comme un animal domestique par ses parents adoptifs. La justice a décidé la confiscation de "l'objet du délit", vouant ainsi l'animal à une mort certaine, celui n'étant plus adapté à une vie sauvage...

Drôle de société, où un admirateur de Brassens (voir un précédent billet) et des personnes ayant agi selon leur cœur, se retrouvent condamnés "au nom du peuple français"

Drôle de société où dans le même temps "le peuple français" se voit opposer un déni de justice pour demander réparation aux patrons voyous qui détruisent la santé de leurs salariés pour engraisser leurs propres profits. D'une enquête réalisée en 2010, il ressort que moins du tiers des entreprises pour lesquelles les inspecteurs du travail ont dressé un P-V ont été condamnées devant les tribunaux. Il est vrai que si pour faire appliquer le Code du travail on mettait en œuvre autant de zèle que celui qui est déployé pour faire appliquer le Code de la route, les prisons déborderaient encore plus !

 Drôle de société enfin, où les délinquants de la finance adressent un magnifique bras d'honneur au même "peuple français" Les délinquants financiers s’abritent derrière des lois ….qui résultent de décisions politiques . Ils ont donc besoin d’appuis politiques dans les différentes institutions décisionnelles...Les petits arrangements entre amis génèrent les gros profits...

Au fait, les parents adoptifs de Zouzou avaient-ils droit à la présomption d'innocence ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire