lundi 29 octobre 2012

La rue ne nous fera pas plier !

Ainsi donc, M. Jean François COPPE veut amener la droite dans la rue s'il est élu à la présidence du PMU (euh...de l'UMP...)...Cette manif aurait pour revendication principale l'opposition au mariage des homosexuels et l'opposition au droit de vote des étrangers...promesse de campagne de François Hollande qui me semble pourtant être devoir reléguée aux calendes grecques...

Tout le monde a droit de manifester en France, et ce n'est pas moi qui m'en plaindrai... J'ai quelques heures de vol en la matière et je manifesterai encore avec ce gouvernement de gauche tant que je considérerai qu'il ne va pas dans le bon sens, pour la satisfaction des revendications  du "peuple de gauche"...

Si M. COPPE veut amener la "droite" dans la rue, qu'il le fasse ...Mais il faudra alors qu'il nous précise quelles sont les revendications exactes qu'il veut faire partager au "peuple de France"

Mais je pense que M. COPPE  ne connait pas le "peuple de France" et qu'il n'en a rien à cirer de ses conditions de vie et de ses revendications...

En ce qui me concerne, je n'ai connu que deux manifestations "de droite" qui ont réellement mobilisées, car elles étaient construites sur un schéma complètement réactionnaire.

Le 30 mai 1968, après la chienlit de mai 1968, le ban et l'arrière ban de la réaction ont défilé à Paris ouvrant la porte à une assemblée ultra réactionnaire, mettant fin aux utopies de nos 20 ans...

Le 24 juin 1984, une manifestation géante a eu lieu à Paris pour la défense de l'école dite "libre", en réaction au projet de loi Savary instituant un service public universel d'éducation. Dans les cars de Bretagne qui sont "montés" à Paris ce jour là, se cotoyaient des parents d'élèves pris en otage par l'administration diocésaine brandissant le risque d'exclusion des élèves, avec des curés en soutane entourés de bonnes soeurs en cornette...Cette manif fut une réussite pour les organisateurs, car le gouvernement de gauche a retiré son projet, qui pourtant, à mon sens constituait une avancée dans la société au même titre que l'abolition de la peine de mort.

Et c'est en 2012 que M. COPPE veut nous refaire le coup de"l'école libre"...Il veut appeler à une manifestation dans la rue, non pas pour la satisfaction de revendications ( les siennes sont certainement éloignées des miennes ), mais pour déstabiliser le gouvernement qui a été mis en place suite à l'expression démocratique des citoyens. Et c'est là que le bât blesse, car dans la tradition française, à part les deux exemples précédents, ce ne sont pas les partis politiques qui appellent à manifester dans la rue, ce sont les organisations syndicales.

Et M. COPPE devrait quand même se rappeler que ce n'est pas la rue qui gouverne ! Son ancien mentor l'avait exprimé vivement en son temps :



Et il devrait aussi se rappeler le discours prononcé par Sarkozy le 9 novembre 2010, à l'occasion du 40è anniversaire de la disparition de Charles de Gaulle :

"Il est parfaitement légitime que dans une démocratie chacun défende ses propres intérêts.
Il est légitime que chacun fasse valoir son point de vue, que chacun exprime son opinion.
Il est légitime que ceux qui veulent manifester, que ceux qui veulent protester puissent le faire dans le respect des lois de la République.C'est leur droit.
Mais le devoir du Président de la République, responsable devant la Nation, c'est de décider sur le seul critère de l'intérêt général.
Le Président de la Vè République n'est pas celui de la IIIè, ni celui de la IVè, ce n'est pas seulement un arbitre qui se contente de faire respecter la règle. Il a le devoir d'agir."

Alors M.COPPE, vous allez défendre la main sur le cœur et votre pancarte brandie bien en avant les revendications de ceux qui crèvent de plus en plus de faim dans notre pays, sans arrière pensée politicienne ?



Aucun commentaire:

Publier un commentaire